When in Haiti…

If some of you do live, they there just exist… In that 27750 field of desire to be finally free, free of that kind of misery. It’s also over 9 millions faces where culture expresses itself through shades, tourism, yanvalou, through the pure voice of a “Madan-Sara”, the sound of the ocean breeze. Every sound that has just came out reveal the deepest thought of a 22 years old girl that has just grown up there and saw what eyes could see but just only soul and mind could reach.

Advertisements

“Tourisme”

Ceux avant moi et même bien avant ma mère disaient que la vie en elle-même est un long voyage, donc on est à coup sûr “touriste”. C’est ici ma boussole 🙂 On le dit facteur de développement économique des pays pauvres, certes mais c’est encore le coté humain de tout un chacun. Hors mis que l’Haitien en lui même est hospitalier, dans sa culture, dans son acceuil. C’est là l’EXPÉRIENCE, chez un parent dans la campagne, partout, et ou à travers cette terre de 8000000 de sourires, d’âmes chaleureuses, de corps solidifiés par le courage. 24 heures hors des 4 murs de ma chambre. M t la… M t wè… c’est donc cette passion qu’il faut aux techniciens de ce domaine, ce manque d’amour à pouvoir servir l’autre devient ce plus grand Amour qu’on n’saurait arracher à l’autre, du directeur d’hôtel à la femme de chambre, cette tasse de bonne humeur avec un, deux sourires au service de l’autre. Définitivement, être ailleurs, pas comme chez soi, mieux que chez soi, sa ke w pap janm konnen tout autant ke ou pa la.